Octobre

Un groupe de métal à l’IUT

Il y a 2 semaines, l’équipe Charle News a interviewé le groupe de métal Beyond Remains, composé de 4 musiciens de talent !

Benjamin, Pierre, Vincent et Maxime (de gauche à droite sur la photo) nous ont raconté leurs parcours ainsi que leurs ambitions.

Photographie du groupe BeyondRemains (4 personnes).
Le groupe

Pouvez-vous vous présenter en quelques phrases?

Beyond Remains : Notre groupe est constitué de 4 membres : Pierre et Vincent sont guitaristes et chanteurs, Benjamin joue de la basse et Maxime fait de la batterie.

Nos parcours scolaires sont très différents les uns des autres. Pierre a fait un BTS assistant manager et est devenu musicien professionnel après 1 an de formation à la Music Academy International (M.A.I) de Nancy. Vincent, après 2 ans de prépa en école d’ingénieur à l’ESSTIN (École Supérieure des Sciences et Technologies de l’Ingénieur de Nancy) a décidé d’aller en année spéciale DUT Informatique à l’IUT Nancy-Charlemagne. Benjamin, quant à lui, est en 4ème année d’école d’ingénieur à l’ESSTIN. Enfin, Maxime a fait un BTS éco-technique et travaille maintenant dans la grande distribution.

Comment le groupe a-t-il été créé ?

Beyond Remains : En 2014, Maxime est allé à La Croche Pointé de Saint-Dié des Vosges : il s’agit d’une association regroupant des musiciens amateurs qui, sur 1 an, apprennent des morceaux afin de faire un concert de gala. Pierre y a été en tant que guitariste et Maxime l’a tout de suite remarqué. Il l’a donc contacté en lui proposant de créer un groupe. Pierre a accepté, et, comme Tinder, ça a matché direct ! Ils ont eu une super entente musicale !

Après différentes formations du groupe non concluantes, Vincent et Benjamin se sont joints à nous il y a environ 1 an et demi.

Pourquoi avoir choisi ce nom de groupe ?

Beyond Remains : « Beyond Remains » signifie « Au-delà des restes ». Pierre et Maxime ont choisi ce nom car ils avaient eu différents groupes et projets musicaux auparavant qui ne les satisfaisaient pas, car trop amateurs. Dans ces précédents groupes, nous avions des ambitions et motivations différentes des autres membres. Malgré tout, ces différents projets nous ont apporté une certaine expérience (les restes) et nous voulions avec Beyond Remains être au-delà de ça, donc au-delà des restes !

Comment caractérisez-vous votre style musical ?

Beyond Remains : C’est un gros mélange de toutes nos influences. On écoute tous les 4 du métal mais pas forcément le même style. On est influencé par le métal des années 70, le ThrashMetal, le Metalcore et le Djentcore. Le Metalcore est notre noyau principal ! Notre style est donc un gros mélange de tout ce qu’on aime tout en restant accessible. Il y a certes des moments un peu plus violents dans nos morceaux mais ça reste soft. On essaie de toucher le plus de monde possible. On tient vraiment à avoir notre propre identité, qu’on sente nos influences mais qu’on reconnaisse que notre groupe a une identité propre.

Quels sont les groupes qui vous inspirent le plus ?

Beyond Remains : Trivium, Bullet for my Valentine, Parkway Drive, Black Stone Cherry et Five Finger Death Punch…

 Comment composez-vous vos morceaux ?

Beyond Remains : On commence toujours par composer la musique. Ça part soit d’un riff de guitare, soit d’une partie de batterie. Il y a une cinquantaine de sujet que Pierre veut aborder mais il ne sait pas comment. Une fois qu’on a fini de composer la musique, il arrive à l’associer à un thème en particulier, il se dit : « Cette musique est faite pour ça ! ».

Avez-vous déjà fait des concerts ?

Beyond Remains : Notre premier concert fut à Saint-Dié des Vosges. C’était à l’Espace Georges Sadoul, en mars 2016, en deuxième partie du Gala de La Croche Pointé. C’était super sympa parce que l’organisateur nous a fait confiance ! Dès la création du groupe, nous avions la volonté de faire quelque chose de professionnel. A ce moment-là, le professionnalisme prenait forme. Il y avait environ une centaine de personnes et ça nous a permis de nous faire une idée de ce qu’on pouvait donner au public.

Le deuxième concert s’est fait grâce à l’ESSTIN. C’était au festival Le Printemps de Bourges, à l’occasion du Printemps des Grandes Ecoles ; les organisateurs du festival contactent des écoles d’ingénieurs pour trouver des musiciens de toute la France. On a envoyé des maquettes pour représenter l’ESSTIN et on a été sélectionné! C’était ouf, on a joué que 20 minutes parce que tout était programmé de sorte à ce que chaque groupe joue la même durée, mais il y avait une bonne ambiance. Au début il n’y avait pas grand monde sans doute parce qu’il pleuvait et ensuite on a vu une huée de 200 parapluies, c’était beau à voir ! Les gens étaient très réactifs, c’était vraiment cool !

On a également fait une fête de la musique et un tremplin sur Metz afin de nous faire connaître.

Avez-vous déjà fait appel à un coach ?

Beyond Remains : Oui ! On avait mis en place une dizaine de morceaux et vu qu’à la Souris Verte d’Epinal, ils pouvaient aider les groupes comme nous, on est allé faire une répétition là-bas pour rencontrer des personnes et se faire connaître dans le réseau. Avant d’être programmé, il y a plusieurs étapes à faire : des répétitions, un coaching musical et scénique. Ils nous ont fait des critiques et on les a prises en compte.

Quels sont vos prochains projets ?

Beyond Remains : On a un EP (extended play) qui est en préparation et qui sortira sans doute l’année prochaine. Sinon, le 20 octobre, au QUAI’SON à Nancy, on joue dans le cadre du Musique City Tour. On est sélectionné pour les quarts de finales. On va jouer 20 min, il y aura un vote fait par le public qui permettra à un groupe de se qualifier pour les demi-finales. A la clé : un vainqueur qui recevra des lots. On jouera sûrement à Paris bientôt.  En 2018, on jouera à La Souris Verte à Epinal et au festival Rock’N Roll Train à Longwy.

Sinon, on a l’intention de faire plus de vidéos, et de continuer à être actifs sur les réseaux sociaux. Notre dernier clip « Head For Disaster » va être décliné de diverses façons. On l’a joué en live dans une radio, il va donc être sorti en session live et on va aussi mettre ce morceau en 8 bit (cela ressemble au son qu’on peut entendre dans les jeux vidéo comme Mario).

Le clip en cliquant ici

Qu’est ce qui fait la force de votre groupe ?

Beyond Remains : Tout d’abord, on a une complicité musicale qui fait que l’on s’entend bien. Aussi, on dira que le gros plus est que nous ne sommes pas susceptibles. C’est souvent difficile de travailler en groupe et de ne pas pouvoir avancer parce qu’un membre du groupe prend la chose personnellement. On est beaucoup à l’écoute les uns des autres et on se remet souvent en question donc c’est une équipe qui marche ! On accepte la critique et on s’en sert pour avancer, s’améliorer. De plus, on a tous un potentiel dans différents domaines : Vincent se débrouille en montage donc ça nous a aidé pour les clips qu’on a fait. Pierre crée tout ce qui est texte et s’arrange pour trouver des dates de concert.

Votre mot de fin ?

Beyond Remains : Venez écouter ce que l’on a fait ! Et si cela vous plaît, n’hésitez pas à parler de nous.

Petit message aux étudiants :

« Venez nous voir ! Si vous connaissez des personnes qui veulent jouer, on est là! »

En espérant que vous avez apprécié autant que nous de connaître ce groupe !

Nous leur souhaitons une bonne continuation et une grande réussite pour la suite.

Comme vous l’avez lu, vous savez maintenant qu’au sein de l’IUT se trouve un étudiant aux talents cachés de l’équipe Beyond Remains. Son nom : Vincent Pascault. Peut-être aurez-vous la chance de le croiser !

 

N’hésitez pas à les suivre en live ou sur les réseaux sociaux ! Ils ont besoin de soutien !

Leur Facebook (cliquez !)

Leur YouTube (cliquez !)

Au passage… Avez-vous vu qu’un écrivain américain était passé à l’IUT ?