Février

Loïc : l’amoureux de la pop culture !

Loïc, ou Ermann de son nom d'artiste
Crédit photo : Pauline GAUER

Aujourd’hui, l’équipe Charle News vous présente Loïc, un étudiant en deuxième année de DUT Information-Communication, option Publicité. Loïc est un touche-à-tout, passionné de pop culture ; il publie en effet ses créations sous son nom d’artiste : Ermann.

Vous ne savez pas ce qu’est la pop culture ? Il s’agit d’une forme de culture où l’on retrouve toutes sortes d’œuvres et de productions accessibles, connues et appréciées par un large public. Contrairement à l’art contemporain par exemple, qui lui est destiné à un public élitiste. 

Les œuvres de la pop culture parlent au plus grand nombre. Cela peut être des films, des séries, de la musique, des jeux vidéo … Comme exemple, nous pouvons vous citer la saga Star Wars,  Jurassic Park, la série de jeux The Legend of Zelda ou les comics Marvel.

Retour sur une entrevue animée par la passion !

Avant de commencer, pourrais-tu nous définir la pop culture à ta manière ?

Loïc : La pop culture, c’est quelque chose de trèèèès vaste ! Elle est dans la musique, au cinéma, en passant par la télévision, les goodies, la BD, etc. 

Je pense que c’est tous les éléments de culture populaire qui ont cultivé mon imaginaire… je m’inspire donc inconsciemment de cela au quotidien.

Interface du site de Loïc, sur lequel il publie sous le nom "Ermann"
Interface du site de Loïc

Peux-tu te présenter ?

Loïc : Je m’appelle Loïc Zimmermann, j’ai 23 ans et je suis étudiant en deuxième année de DUT Information-Communication, option Publicité. J’ai un parcours qui n’est pas trop classique, dans le sens où j’ai obtenu mon BAC en 2012 et pas en 2016, contrairement à beaucoup d’étudiants de ma promotion.

Ne sachant pas trop quoi faire après le BAC, j’ai suivi une L1 anglais-russe. L’année d’après, je me suis réorienté en BTS Management des Unités Commerciales. A la suite de l’obtention de ce BTS, je savais que je voulais devenir publicitaire. N’ayant pas été accepté en Licence Professionnelle Création Publicitaire, j’ai suivi une L1 Information-Communication puis je suis entré en DUT Information-Communication option Publicité en septembre 2016.

Je me considère comme un « touche-à-tout », j’ai déjà fait de la musique, du montage vidéo, de l’écriture et de la radio.

 

Pourquoi avoir choisi le domaine de la publicité ?

Loïc : Je suis un créatif dans l’âme, j’aime créer des choses et j’aime l’idée de pouvoir visualiser ce que je fais et de ne pas faire quelque chose d’abstrait. La création, c’est quelque chose de concret : en publicité, on nous demande de faire une affiche print, on va la créer et on la verra affichée par la suite.

J’aime l’idée que chaque mission qui nous est confiée ait pour finalité une réalisation concrète. Ce domaine mêle à la fois le côté créatif, mais aussi commercial et marketing, ce qui permet une sorte d’équilibre professionnel. Ça permet plus de stabilité que si je me disais : je veux devenir peintre et faire les beaux-arts. En plus, j’ai toujours aimé tout ce qui est beau visuellement parlant, que ce soit une devanture de magasin, une affiche ou un flyer.

 

Que crées-tu sous ton nom d’artiste “Ermann” ? Que peut-on trouver sur ton site ?

Loïc : Je fais beaucoup de créations, très orientées années 80, que ce soit de la création graphique ou du montage vidéo.

Cependant, je me rends bien compte que sur le marché du travail, cela ne parle pas à beaucoup de monde. Je fais toujours des créations orientées vers les années 80 pour mes activités personnelles, mais j’essaie de m’élargir et de sortir de ce style lorsque je crée des logos par exemple.

Mon site constitue mon portfolio en ligne, où l’on peut retrouver mes créations personnelles ainsi que celles que j’ai réalisées dans le cadre de mon DUT. Avoir un site avec un book en ligne, c’est un atout pour pouvoir trouver un stage.

 

Te considères-tu comme un graphiste freelance ?

Loïc : Cela fait seulement un mois que je me considère comme tel car un musicien m’a contacté afin que je lui fasse des montages-clips. De plus, je suis à la recherche de contrats, de missions, afin de pouvoir financer mes études.

Cependant, je n’oublie pas que je suis encore étudiant, et non un professionnel !

 

Peut-on parler d’une activité, d’un projet professionnel ou d’une passion ?

Loïc : C’est une passion avant tout ! Je n’irai pas jusqu’à qualifier mon activité de professionnelle, parce que je ne gagne pas d’argent avec ce que je crée. Cependant, j’utiliserai le mot “professionnel” plutôt dans un sens où, en me servant de tous ces logiciels de PAO et de montage par passion, eh bien ça me forme professionnellement parlant.

 

D’où te vient ta passion pour la pop culture ?

Loïc : Je suis un enfant des années 90 et j’ai un peu grandi avec un œil dans un rétro, très orienté années 80. Depuis tout petit, j’ai toujours été passionné par tout ce qui était pop culture, que ce soit les comics, les séries,  les visuels… mais pas ce qui se fait seulement en France, même ce qui se fait ailleurs, sachant que la pop culture, c’est très américain.

Vu que j’ai toujours été un peu amoureux des visuels, des choses comme ça, j’étais un peu imbibé par la pop culture et même la culture geek. Je pense que le fait d’être baigné dans cette culture très pop, très dynamique, donne forcément l’envie de devenir illustrateur, graphiste ou créateur de jeux vidéo.

 

Quelles sont tes principales inspirations au niveau de la pop culture ?

Loïc : Au niveau du cinéma, j’aime beaucoup Quentin Tarantino, Nicolas Winding Refn et Wes Anderson.

Au niveau des jeux vidéo c’est Hideo Kojima, qui crée des jeux d’auteurs qui sortent des canons standards. Il élève le jeu vidéo au rang d’art et presque de cinéma.

Visuellement, j’aime bien le magazine Rockyrama, c’est un fanzine très graphique, très visuel.

En ce qui concerne la publicité, visuellement j’aime bien Robert Abel, il faisait des spots TV et des publicités pour des grandes marques américaines dans les années 80.

 

Qui sont les graphistes qui t’inspirent ?

Loïc : Dans le graphisme en général, je n’ai pas d’artistes clefs qui reviennent. Généralement je m’inspire dans des livres ou sur Internet. Je suis certains graphistes sur les réseaux sociaux mais ils ne sont pas une inspiration récurrente.

C’est un mélange de plein de choses, en graphisme il faut être ouvert d’esprit et curieux, c’est pour ça que je n’ai pas de noms précis à citer.

 

Comptes-tu exprimer cette identité “années 80” dans tes créations professionnelles ou comptes-tu la conserver uniquement pour tes projets personnels ?

Loïc : Actuellement, je compte essayer de m’élargir et garder cette identité “années 80” pour mes projets personnels. Lorsque j’aurai une bonne situation professionnelle et financière et que je pourrai me permettre de vraiment investir, je pense que je développerai à fond cette image années 80 au niveau des créations visuelles.

J’essaierai de développer un truc parce qu’il y a un public qui monte de plus en plus par rapport à la culture années 80. En France, on n’a pas forcément de grands artistes orientés 80, du moins très connus, les plus grands sont américains : par exemple, Overglow et Blood and Chrome.

Je pense qu’il y a une carte à jouer. On verra bien !

 

Sur ton site nous avons remarqué la catégorie Ermann Garbage, peux-tu nous en dire un peu plus ?

Loïc : C’est un projet que j’ai en tête depuis un bon moment : l’idée de créer des vêtements et plus particulièrement des t-shirts et des pulls. J’avais déjà tenté cela il y a quelques années mais ce n’était pas viable financièrement, dans le sens où je n’avais pas le bon endroit pour les faire produire, je faisais ça dans mon coin. Récemment, un artiste de Nancy, Neutral Goblin, qui a lancé sa marque de vêtements, m’a contacté et m’a mis en relation avec l’imprimeur par lequel il passe. Je me suis dit que c’était le bon moment pour me lancer !

Après je reste humble dans le sens où je ne compte pas lancer ma marque pour en vivre. C’est plus un plaisir, pas dans le but de faire des bénéfices mais plutôt l’envie et le plaisir de porter et voir porter mes visuels. Ces derniers sont très orientés pop culture !

C’est un projet qui se concrétisera prochainement, dans les mois à venir.

 

Où te vois-tu dans 5 ans ?

Loïc : Si je reste en France, ce serait Strasbourg ou Paris. Si je devais partir à l’étranger, ce serait au Canada ou en Suède.

Je me verrais bien dans un studio comme dans la série Friends, avec un petit espace de création. J’aimerais, si possible, travailler dans une agence de publicité, pourquoi pas mon agence, ça serait plutôt cool. Et pourquoi pas avec un chat [rires].

 

As-tu un petit mot pour la fin ?

Loïc : Le conseil que je peux donner c’est de ne pas rester fermé culturellement, il faut être curieux et ouvert. Il ne faut pas baisser les bras dans les études. Si certains se sentent perdus, ils ont encore le temps de s’orienter. Quand on voit mon parcours, on voit que je suis passé par plusieurs formations, et au final j’ai trouvé ma voie.

Je pense qu’avec la débrouille on peut tout faire, donc je conseille à ces personnes de ne pas s’inquiéter. Il faut également être le plus sociable possible, ne pas être fermé, essayer de rencontrer des gens… je pense que ça ne peut apporter que du bon.

Et pourquoi ne pas finir sur une petite playlist de 3 artistes qu’il faut, selon moi, absolument écouter :
  • Carpenter Brut : c’est très typé années 80 mélangé à du métal.
  • Mac DeMarco : c’est un petit canadien qui fait des musiques avec son propre feeling et qui parle principalement d’amour, mais il en parle bien.
  • New Order : le fameux groupe que je ne présente plus !

C’est avec le plus grand des plaisirs et la tête remplie de références pop culture que Charle News tenait à remercier Loïc pour cette interview. Nous l’encourageons de tout cœur dans ses futurs projets !

Et surtout, chers lecteurs, comme l’a dit Loïc, ne baissez jamais les bras. Il est la preuve que tout le monde peut trouver sa voie.

Si vous souhaitez découvrir l’univers d’Ermann, n’hésitez pas à vous rendre sur son site !

La petite info supp’

Si le milieu de la publicité vous intéresse ou que vous souhaitez échanger avec Loïc, lui et 4 de ses camarades ont pour ambition d’organiser un festival de publicité, dans le cadre de leur projet tuteuré Citronnad’. Il se déroulera le 10 mars à la MJC Lillebonne de Nancy. Le festival est en cours de préparation.